AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dystopia - Background

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Domenic T. Darius
Ophidian
avatar

Messages : 283
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 27

MessageSujet: Dystopia - Background    Lun 21 Mar - 17:13

d'Hier... à Aujourd'hui ;

2014 : Les rumeurs de fin du monde courant depuis des années se fortifient, des supposés divinateurs naissent aux quatre coins du globe. Là où l’opinion générale les considère comme des illuminés, une fratrie : Noah, Liam et Abigaïl Kingston, attire plus particulièrement un département de la CIA spécialisé dans les études paranormales. Les services secrets américains découvrent une certaine véracité dans leurs propos apocalyptiques et se mettent à leur recherche. Mais les Kingston ont disparu, ne laissant guère plus de traces que des objets disséminés sur la planète, sensés délivrer ce qu’ils appelaient eux-mêmes « La Prophétie ». La CIA se met alors à réunir ces objets dans l’optique d’empêcher un potentiel drame planétaire qui changerait le monde tel que tous le connaissent.


2018 : En Indonésie, un groupe de fanatiques cherchent à l’inverse à accélérer la réalisation de La Prophétie. Ayant eu vent des plans des services secrets américains, ils finissent de mettre au point un rétrovirus mortel et transmissible par l’eau. La cible de l’attaque est définie : ce sera Langley en Virginie (USA), base du quartier général de la CIA. Le virus est lancé à la fin de l’année suivante et ses conséquences sont désastreuses.

2019-2030 : Les résultats de cet attentat ont dépassé les espérances des Indonésiens. L’épidémie ne s’est pas limitée aux Etats-Unis, les dommages collatéraux s’étendent au monde entier. Au-delà des pertes humaines dues à l’empoisonnement, les sources d’eau potables se raréfient et la contamination des réserves entraîne la destruction massive des installations hydrauliques. L'économie s'effondre, les ressources naturelles disparaissent peu à peu et le monde sombre dans le chaos sans qu’aucune organisation mondiale ne puisse l’en empêcher.


2030-2081 : Ceux qui ont échappé à la contamination sont peu et apparaissent comme des miraculés. Ils ne le découvriront que plus tard mais le rétrovirus modifiera leur système et celui de leur descendance. Réunis en petits groupes disséminés autour du monde, ils voyagent à la recherche de zones préservées. Au fil des années, certains réussissent enfin à se rencontrer et une lueur d’espoir renaît dans cet environnement devenu hostile. Ils touchent au but, il sont tout près de leur nouvel ElDorado. En effet, les terroristes Indonésiens s’étaient protégés et avaient concocté un antidote à leur propre poison. Une partie de l’élite mondiale, des puissants, des extrémistes mais aussi de simples civils épargnés au hasard se voient obligés de cohabiter sur une terre dévastée dont les maigres ressources naturelles sont toutefois salutaires. Mais les conditions de vies sont déplorables, le taux de mortalité grimpe face à une espérance de vie en chute libre. Ils ne sont plus que quelques centaines, sur une population de plus de 6 milliards d'êtres humains. S’y rajoutent de graves maladies jusqu’à présent inconnues et une désorganisation totale. Pourtant, un but reste présent dans la conscience collective : reconstruire.

2100- ? ? ? ? : La génération des survivants tend à s’éteindre quand débute les premiers chantiers censé donné vie à un nouvel Etat. Et probablement heureusement pour la plupart, ils ne verront jamais ce que sera cette terre. Ayant perdu leurs repères, fermant la parenthèse du passé, les descendants inaugurent un calendrier moderne : l’installation d’un nouveau gouvernement au pouvoir marque l’An 0 de l’Etat-Cité baptisé « Utopia ».


«Les Hommes n’apprennent jamais des erreurs du passé.»


36-70 : Utopia, le nouveau berceau de l’humanité est désormais en mesure de s’auto-suffire. Hors de ses frontières s’étend une terre brûlée et désolée à perte de vue mais qu’importe, personne ne cherche à quitter cet Eden. La technologie connaît une croissance démesurée grâce au savoir transmit de génération en génération. Des dons extraordinaires apparaissent chez certains individus, des trouvailles s’enchaînent et la folie des grandeurs s’éveille. Le virtuel envahit le réel et l’artificiel remplace de plus en plus le naturel.


70-124 : Face à la criminalité omniprésente, la pollution des usines, les infections… l’espérance de vie recommencer à baisser. Au lieu de travailler sur des médicaments ou des vaccins, les chercheurs d’Utopia se tournent une fois de plus vers la science. Naissent alors des MégaCorporations et débute avec elles une période d’expérimentations et de manipulations génétiques qui donnent naissance à de nouvelles races rapidement incontrôlables. La CyberTechnologie et les réalités virtuelles ne sont pas en reste. Les humains gardent le pouvoir mais deviennent une minorité et des fossés d’inégalités se creusent. Le pire côtoie le meilleur et les quartiers les plus éloignés d’Utopia commencent même à être laissés pour compte. Des gangs voient le jour, la criminalité monte encore en flèche.

124-128 : Devant cet abandon des dirigeants, le peuple se sent trahi et les plus chanceux se replient vers le centre-ville où les Corporations corrompues tirent les ficelles de la classe politique. Au dehors les gangs se changent en véritables clans et étendent leur territoire en bravant les autorités. La réalité étant moins idéale qu’il n’y paraît, Utopia est surnommée Dystopia par les populations précaires. La lutte est engrangée et la Pègre prend une mainmise sur l’économie locales des transits.


162 : Aujourd’hui, trois clans ont été établis. Les Nantys, privilégiés des hautes sphères d’Utopia manipulent le gouvernement pour arriver à leur fin, tout en menant dans l’ombre des études scientifiques sur des cobayes de races modifiées. Face à eux, le clan Akasaki, fait respecter l’ordre sur son territoire tout en essayant de prospérer grâce au crime organisé et aux trafics illégaux. Sans compter sur les Sinopsas, rebelles anarchistes qui refusent le monopole sectaire et prônent la reconnaissance des espèces, multipliant les troubles de l’ordre. Enfin, pris au milieu, les civils, peuple hétéroclite d’Utopia, tentent juste de vivre.

La Prophétie semble avoir été oubliée dans les méandres du temps… Néanmoins, le Cercle, sous couvert d’une activité-écran veille toujours. Cette société secrète est à la recherche du « Porteur de l’Equilibre », censé rétablir l’ordre après le chaos.


«De tous temps, l’Homme s’est battu contre lui-même. »


Ici, en Utopia, l’Humanité berce le meilleur de la technologie et le pire de l’Homme. Essayez de survivre mais prenez garde : toute vérité est susceptible d'être remise en question, tout allié potentiel peut cacher un traître, tout ennemi peut avoir un bon fond et un endroit apparemment sûr peut dissimuler un piège. Marchez sur la limite, l’ultime frontière qui pourra vous faire basculer du mauvais côté. Tout dépend ce que vous définissez comme étant le mauvais côté…

_________________
If some night I don’t come home
Please don’t think I’ve left you alone
The same place animals go when they die
You can’t climb across a mountain so high
The same city where I go when I sleep
Can’t swim across a river so deep
Arcade Fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saratium.purforum.com
 

Dystopia - Background

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [BACKGROUND] Karak Azgal
» "Background"
» Un Background qui bouge !
» Background des Villages
» Background de Hulin
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saratium :: Outerspace ... ~ :: La boîte noire ... ~-
Sauter vers: