AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mizar Kappa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Domenic T. Darius
Ophidian
avatar

Messages : 283
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 27

MessageSujet: Mizar Kappa   Sam 21 Aoû - 22:34


Un mizar kappa, des Mizaris ou des Kappas

    PHYSIQUE
  • Biométrie: Ils sont les plus grands humanoïdes existants. Les mâles mesurent en moyenne entre 2m50 et 3m50 et les femelles se tiennent entre 2m40 et 2m90. La masse corporelle des mâles adultes jouent entre 150 et 250 kilogrammes, tandis que les femelles pèsent entre 120 et 170 kilos. Les plus grands spécimens vivent au sud et les plus petits à l’est du continent.
  • Tête : Leurs yeux ont le plus souvent des noisette ou or, mais quelques rares spécimens peuvent avoir un regard bleu-gris ou vert-gris. Leur dentition est majoritairement constituée de canines acérées. Leur langue est râpeuse. Leurs oreilles, très fines, ne perçoivent pas que les sons, mais aussi les vibrations de l’air. C’est ce qui leur permet de se mouvoir aussi bien le jour que la nuit. Leur mâchoire est puissante, pour leur permettre de déchirer la peau la plus coriace. Ils peuvent même broyer des os entre leurs molaires.
  • Chevelure : Les cheveux de ces individus sont le plus souvent brun foncé, mais on note quelques variantes dans des tons de noir, de brun clair ou de fauve. Ils ont une chevelure épaisse qui, pratiquement jamais lavée, forme des nœuds épais. La plupart des femelles préfèrent tresser leurs cheveux. Certains mâles le font aussi. On ne trouve pas de Mizar Kappa au crâne rasé.
  • Corps : Ces individus ont une musculature très développée. Leur corps est allongé et trapu, campé sur des membres musclés. Ils peuvent ainsi mettre à terre des adversaires faisant plusieurs fois leur propre taille. Les muscles des bras sont capables d’infliger de grands dommages. Un seul coup d’un Mizar Kappa peut provoquer la rupture des os et des organes internes.
  • Peau : Leur peau est de couleur sable, jaune-or voir ocre foncé. L’intérieur des mains et le dessous des pieds est toujours un peu plus clair. Les jeunes ont souvent des taches plus claires sur le corps mais elles disparaissent généralement après un certain âge.
  • Performances physiques : Les femelles sont plus rapides que les mâles, parce que plus petites. Elles peuvent courir jusqu’à 60km/h sur de longues distances alors que les mâles ne peuvent les suivre que sur des distances plus réduites. Les Mizaris possèdent une structure osseuse, musculaire et organique pouvant être modifiée. Chaque individu possède sa propre modification corporelle. Ces formes sont variées mais favorisant les pointes acérées, les griffes et les crocs, les peau dures et épaisses, les glandes à venin, etc. Ce sont des créatures redoutables. Lors de cette transformation, la taille de l’individu peut facilement doubler. Toutefois, dépendant des spécimens, la vitesse peut être réduite ou améliorée. Pour ce que est de la force de frappe : elle est augmentée. Aucun métal, aucune arme faite par l'homme ne peut les blesser. Leur peau est si épaisse et solide qu'un poignard se casserait en la frappant. C'est pourquoi les femmes de cette race fabriquent des pointes de lance à partir des os de leurs semblables; tout ce qui peut percer la peau de ces êtres provient de ces mêmes êtres.
  • Longévité : Les Mizaris peuvent vivre jusqu'à deux cent ans. Mais c'est très rare, étant donnée leur nature guerrière.

    RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE ET HABITAT
  • Planète d’origine : Territoire désertique. Sol formé de sable et de roche. Les tremblements de terre n’y sont pas rares, ainsi que les tempêtes. La planète possède deux soleils et il ne fait nuit que durant une heure. La gravité est normale. L’atmosphère y est toxique et c’est cet air qui a causé les mutations des survivants. Une journée dure trente heures où il fait dans les environs de 50 degrés. Lors de la seule heure de nuit, la température chute à moins de 30 degrés. Une année possède 210 jours. L’eau et la végétation y sont inexistantes et la température est insupportable pour n’importe qui mettrait les pieds sur la planète. On recense 3000 individus sur cette planète. Leur petit nombre est du à leur tempérament guerrier. La technologie est inexistante : ce qu’il en reste est enfoui sous la terre. Sur Zoflie, les chaînes de montagnes faisaient souvent office de délimitation entre les territoires de deux clans. Ces limites étant très précises, il n'y avait ainsi pas d'intrusion sur le territoire d'un autre groupe.
  • Sur Saratium : Les colons se sont établis dans la région désertique de la planète, derrière la chaîne de montagne la plus élevée. Les colons sont dénombrés à 1000 individus, quelques explorateurs mais surtout des exilés. La température s’y tient entre 15 et 35 degrés. La végétation est rare et à la différence de leur planète d’origine, on y trouve quelques cours d’eau, desquels ils se tiennent loin. Ils ne comprennent pas cette substance aqueuse. Les Mizar Kappa ont une grande capacité d’adaptation et peuvent vivre dans des habitats très variés. On les trouve principalement dans les déserts, les savanes, les forêts sèches. On les trouve rarement dans les milieux humides. Les montagnes de Saratium les intriguent. Ils évitent de l'escalader, car les sommets verts et fournis les laissent perplexes. De plus, ils ignorent ce qu'il y a de l'autre côté.

    MODE DE VIE
  • Comportement social : Les mizar kappa vivent en troupes constituées de femelles et de leur progéniture et de quelques mâles. On compte une seule exception à cette règle, un clan d’exilés mené par un chef mâle. Ce clan est constitué à 75% d’individus mâles. Les quelques femelles capturées sont jugées dangereuses et sont asservies aux mâles par l’union. Autrement, les troupes se constituent de plus de femelles que de mâles et tous les individus gravitent autour d’un mâle dominant. Une troupe compte de 3 à 30 individus. La seule exception, encore une fois, est ce clan, qui compte une cinquantaine d’individus. Il y a habituellement un à sept mâle et une à dix-huit femelles. Le territoire couvert par une troupe varie entre 20 et 500 km². Les limites du territoire sont délimités par l’urine des mâles. Les jeunes mâles restent environ une trentaine d’années, âge marquant les débuts de l’adolescence, jusqu’à ce qu’ils deviennent revendicateurs. À ce moment, ils sont chassés par le mâle dominant et errent à la recherche d’un territoire. Si le jeune mâle était lié à des femelles, il part avec elles. Des mâles chassés ensemble, en même temps, de la même troupe formeront un groupe de mâles, ne chercheront pas de femelles et parcourront de longues distances sans se soucier des territoires. Les liens qui les unissent sont très forts. Comme ils sont moins doués pour la chasse que les femelles, ils sont souvent de tailles plus petite que les mâles ordinaires et se nourrissent souvent de charognes et de substances non-organiques. Il arrive que les jeunes mâles, ensemble, se mettent à plusieurs pour renverser le mâle dominant d’une troupe. Ces combats sont généralement sanglants et ne pardonnent pas à l’un des groupes d’adversaires. Si les attaquants gagnent, ils tuent les rares enfants pour marquer leur domination. Ils matent ainsi les femelles, les menaçant elles aussi. Un mâle reste rarement à la tête d’une troupe plus d’une dizaine d’années.
  • Communication : Les Mizaris communiquent par plusieurs moyens. Ils ne possèdent pas de langue propre, plutôt un langage complexe constitué de signes et de sons provenant du fond de la gorge. Leur bouche, mâchoire, langue et gorge ne leur permettent pas une très grande gamme de sonorités classiques. Nous parlons de miaulements, de feulements, de grondements, de rictus. Le tout accompagné de gestes des mains et des doigts. Les postures à elles-seules peuvent complètement modifier la signification d’un son ou d’un geste, de même que la position des paupières, des lèvres et le frétillement du nez. Ils ont un cérémonial de salutations complexe durant lequel ils gémissent plus ou moins doucement en balançant la tête. Ce qui se passe durant ce court moment, la façon dont la salutation est effectuée peut décider si oui ou non la relation sera bonne. Ils peuvent se cogner la tête, enfouir leur nez dans le cou de l’autre. Le contact de la tête, des épaules et du cou sont un signe d’affection.
  • Reproduction : La maturité sexuelle des Mizar Kappa est atteinte dans les environs de vingt ans. Il n’y a pas de période de reproduction définie. Les femelles sont fertiles un mois par année mais ils ne comprennent pas ce cycle. Ils ne font pas non plus le lien entre la semence du mâle et le début de la grossesse. Les enfants, donc, n’ont pas de père. De façon générale, c’est la femelle qui amorce le rituel de séduction. Elle tourne autour du mâle qu’elle convoite, se frotte contre lui en émettant des sons semblables à des miaulements. C’est la femelle qui s’offrira pour une union. Le mâle, s’il est célibataire, sera libre d’accepter ou de refuser l’offre. S’il est déjà uni à une ou plusieurs femelles, ce sont elles qui approuveront ou non la nouvelle union. Lorsqu’une femelle tombe enceinte, elle en ressent les effets désagréables. La gestation peut durer jusqu’à deux ans, tout dépendant du développement futur de l’enfant. Dans le dernier quart de la gestation, les douleurs sont insupportables et les cris que poussent parfois les femelles sont tout aussi difficiles à supporter, pouvant être entendus à huit kilomètres. Quelques semaines avant de mettre bat, la femelle ira s’isoler très loin du groupe, car les petits représentent une proie de choix pour les autres membres de la troupe. Elle devra elle-même résister à l’envie de dévorer l’enfant. Si l’enfant survit – si elle ne le mange pas – elle lui apprendra à bouger et à se muscler le plus rapidement possible, pour revenir dans la troupe. Déjà, quand les muscles se développent, l’enfant est moins appétissant, moins tendre, et attire moins l’attention des estomacs affamés. Il passera pratiquement chaque secondes en compagnie de sa mère, jusqu’à ce qu’il soit assez grand pour assurer sa défense seul, vers l’âge de quinze à vingt années. Les femelles vivent généralement plus longtemps que les mâles.
  • Alimentation et chasse : Les Mizar Kappa chassent généralement dans les heures les plus fraîches du jour, pour une question de confort. Mais si la faim les pressent, ils ne seront pas si gênés que cela par la chaleur étouffante; ils y sont accoutumés. Les Mizar Kappa ne sont pas forcés de se nourrir tous les jours, car ils ingèrent, en une seule chasse, jusqu’à 40 kilos de viande. Les femelles rapportent à manger sur le territoire, pour former des réserves. Quand elles sont épuisées, la chasse reprend. Plusieurs mâles participent aussi à la chasse, pour préserver leur forme physique. Le Mizar Kappa n’a pas de prédateur : il est la forme de vie la plus redoutable qui existe. Les créatures qu’on retrouve sur leur planète d’origine sont uniques, et les variétés ne sont pas nombreuses, mais très fortes et puissantes. Pas autant que les Mizaris. Sur Saratium, la faune ressemble à celle de la Terre, bien que de nouvelles formes de vies hybrides aient vu le jour depuis l’arrivée des colons des trois peuples. Dès l’âge de trois ans, les petits sont initiés à la chasse par leur mère. Les Mizaris peuvent bondir sur une distance d’environ six mètres, jusqu’à quatre mètres de hauteur.
  • Relations entre les troupes : Les relations entre les différentes troupes de Mizaris sont intenses et complexes. Les membres d’une troupe se feront un devoir de chasser les jeunes d’un clan adverse pour diminuer leur importance. Les rivalités sont principalement causées par les limites des territoires et les intérêts reliés à la chasse.

_________________
If some night I don’t come home
Please don’t think I’ve left you alone
The same place animals go when they die
You can’t climb across a mountain so high
The same city where I go when I sleep
Can’t swim across a river so deep
Arcade Fire


Dernière édition par Domenic T. Darius le Mar 24 Aoû - 9:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saratium.purforum.com
Domenic T. Darius
Ophidian
avatar

Messages : 283
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Mizar Kappa   Sam 21 Aoû - 22:36

    { Informations en vrac
→ Tout ce qui vous évitera de couler l'examen d'entrée...

Vous comprendrez que la section sur Les Mizaris sera la plus longue, étant donné qu'il s'agit de la race qui s'éloigne le plus de ce que nous sommes, simples humains.

  • Les Mizaris sont des êtres grossiers, appréciant les propos salés ou carrément inappropriés. Pourtant, entre eux, ils n'y voient pas d'impolitesse. Leur humour est très sombre, ou alors très vulgaire, et rares sont les gens d'autres races pouvant le comprendre et ne pas s'offusquer. C'est un peuple violent, combattant. Il leur arrive souvent de se battre entre eux, simplement pour le plaisir. Ils n'ont pas peur de la mort. Pour eux, mourir au combat signifie la gloire. Ils n'ont pas d'attaches. Exemple, si l'un des leurs meurt, même si c'est un autre mizar kappa qui l'a tué, on n'en fera pas trop de cas. Ce n'est qu'un corps à nourrir en moins.

  • Un homme peut avoir plusieurs femmes, mais ce sont les femmes qui décident d'accepter ou non de vivre avec l'autre femme. Dans la coutume, ce sont les femelles qui proposent l'union en offrant un présent au mâle. Toutefois, si un mal choisit une femelle et lui offre un bijou, c'est une demande officielle. Mais si la femelle refuse, c'est une véritable humiliation pour le mâle. Tandis que si une femelle se voit refuser par les épouses du mâle convoité, ça n'est que banal.

  • L'union entre un mâle et une femelle est un rite très important qui doit être observé. Toute la troupe se réunit. Au centre, les deux "fiancés" émettent quelques lamentations sonores, se heurtent doucement, tête contre tête. Puis le jeu devient plus violent. C'est la lutte. Le mâle doit prouver à toute la troupe qu'il est digne de posséder cette femelle. Ils se battent donc jusqu'à ce que le mâle prenne le dessus et pénètre son épouse. L'union est alors consacrée.

  • À noter qu'une femelle est vierge lors de l'union et qu'une fois une paire formée, elle est impossible à rompre. Aucun mâle ni aucune femelle n'aurait l'idée d'aller voir ailleurs. Si un mâle meurt ou disparaît, ces épouses resteront unies et ne prendront jamais un autre mâle. (personne n'a énoncé ceci comme une règle, cela semble être dans leur nature profonde de s'unir sincèrement à quelqu'un)

  • Leurs yeux sont marrons, gris ou bleus et leur regard est toujours à mi-chemin entre l'amusement et la sauvagerie pure.

  • Les Mizaris se vêtissent de manière simple, de vêtements de la même couleur que les pierres, c'est-à-dire gris, bruns, beige, noir ou blanc. Noir plus rarement. Comme mentionné, la nudité ne les dérange pas, puisqu'après une transformation, leurs vêtements deviennent lambeaux. Ils n'ont aucune pudeur, vivant presque comme des animaux.

  • Les mizaris ne connaissent pas l'eau, puisqu'il n'y en avait que très peu sur leur planète. Donc, sur Saratium, la pluie et les lacs les effraient.

  • Seules les femelles utilisent des armes. Leur arme de prédilection est la lance, ou alors les poignards. Un mâle utilisant une arme serait perçu comme un faible.

  • Ils sont insensibles aux changements de température.

  • Ils peuvent transformer leur corps à leur guise, au complet ou seulement une partie. Leur autre nature physique ressemble à celle d'un alien. Ils sont griffus, écailleux et prennent des formes variées. Mais ils sont tous dotés de griffes et de crocs, parfois de membres supplémentaires, certains sont dotés de glandes à poison n'ayant aucun effet sur un autre Mizar Kappa.

  • es Kappas parlent une langue bien à eux, composée de sons guturaux et de gestes précis, qu'eux seuls peuvent comprendre. Leurs noms sont extrêmement compliqués, plein d'apostrophes, et de gargouillis informes, pratiquement imprononçables. Ils ne possèdent pas l'écriture.

  • Il existe un groupe constitué presque entièrement de mâles. Il s'agit du Thac, avec M'yuan à sa tête. Il s'agit d'un groupement d'individus ayant été exilés pour diverses raisons. Ils sont arrivés en premier sur Saratium, un an avant tout le monde. Ils sont très mal perçus par les autres tribus.

  • Les femelles sont plus discrètes que les mâles. Elles ne seront jamais vues à moins de vouloir l'être.

  • Sur Zoflie, il existe des plantes produisant des teintures extrêmement fortes. Celles-ci teignent jusqu'à la racine des cheveux et finissent par s'estomper lentement au bout de quelques mois. Ces teintures sont si fortes, et dans des tons chauds, qu'elles intoxiquerait les cellules d'un simple humain. On peut aussi obtenir des teintes pour colorer des peaux. La couleur de tissu la plus appréciée est le blanc. On l'obtient en faisant tremper une peau dans l'urine pendant plusieurs semaines.

  • Les Mizar Kappa n'ont pas cette pensée de "l'idéal". Surtout pas les explorateurs, qui sont l'exacte copie du peuple qui est encore sur la planète d'origine. C'est la curiosité qui les a poussés à bouger. Parce qu'un jour, un mizar kappa portant des ailes en a découvert l'utilité, parce qu'après avoir compris le vol, il a cherché à voir jusqu'où il pouvait aller, parce qu'à partir de là, d'autres ont fait de même. De plus en plus de Mizaris ont possédé une forme permettant ce nouveau mode de déplacement par le principe de la sélection naturelle : les éléments accidentels d'un être, s'ils se révèlent utiles, seront reproduits sur les générations suivantes. Les Mizaris ne cherchent pas un idéal. Techniquement, leur planète est parfaite pour leur organisme. Mais ce sont des êtres curieux. Le premier explorateur, dans le sujet des explorateurs, est un peu le "savant" des siens. Quand ils ont compris qu'ils pouvaient voler jusqu'à perdre le sol de vue, ils ont voulu voir jusqu'où encore ils pouvaient aller. Ce qui les a amencé sur Saratium, c'est le simple désir de tester leurs aptitudes physiques, de voir jusqu'où ils pouvaient aller.

_________________
If some night I don’t come home
Please don’t think I’ve left you alone
The same place animals go when they die
You can’t climb across a mountain so high
The same city where I go when I sleep
Can’t swim across a river so deep
Arcade Fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saratium.purforum.com
 

Mizar Kappa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [1748][PV Leene et Kappa] Au Fond du Gouffre...
» [1736] Le jour où tout commença ¤ Kappa
» London Stiller...she's a special girl
» Baptême de Miline
» UNIVERSITY OF SOUTHERN CALIFORNIA
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saratium :: To Begin with ... ~ :: Contexte-
Sauter vers: